SPAT 2017, Festival Son et Image : un salon marqué par l’air du temps

Festival Son et Image 2017

Un reportage HCFR

Par

Jacko et Maelstrom

son-image-illus-2

Le petit bilan

salon02

Cette année encore rendez-vous au Novotel Paris Centre Tour Eiffel pour un weekend tout en musique et en image. La mission de notre équipe HCFR : représenter l’association sur notre stand obtenu grâce à nos partenaires, arpenter le salon pour dégoter les nouveautés et surtout s’en mettre plein des yeux et les oreilles. Le festival Son et Image est un événement important car ce salon donne l’opportunité de présenter tout type de produits, qu’il s’agisse d’une grande marque comme d’un petit constructeur artisanal. Nous pouvons y découvrir des produits encore à l’état de simple projet ou de prototype. Ce salon est donc un témoin des tendances en terme de produits mais aussi un indice sur la situation générale du marché et nous le savons, 2017 n’a pas été une année très positive. Nous pourrions même dire que la France est en pleine inquiétude à plusieurs niveaux. Elections, réformes, actualité internationale peu engageante, insécurité relative, 2017 cumule un ensemble de facteurs défavorables qui ont un impacte évident sur notre société. Ainsi et à mon grand regret, le Festival Son et Image 2017 ne fût pas des meilleurs crus. Le salon n’était pas mauvais, mais je déplore l’absence d’exposants pourtant assidus de ce rendez-vous. De belles marques présentes l’année dernière n’étaient donc pas là. Peut-être une absence de nouveauté ? Ou encore une participation anticipée au Salon de la Haute Fidélité qui se déroulera seulement un mois après le Festival et qui cible plus précisément les visiteurs intéressés par les produits purement Hi-Fi ? A contrario d’autres exposants ont fait leur retour comme Epectaz l’importateur des électroniques SOtM et Wyred4Sound qui nous avait bien dépanné durant le salon Cinémotion du Luxembourg 2014 dans le cadre de démos de DAC DIY. Europe Audio Diffusion était également présent alors que cet importateur avait fait l’impasse l’année dernière. Je me réjouis de leur participation car leur catalogue détient de bien beaux produits. Côté visiteurs, le quota global était également à la baisse comparé aux années précédentes mais il faut dire qu’il faisait très beau à Paris ce weekend du 14 et 15 octobre.

salon01

Si 2017 n’était pas la cuvée 2016 ou 2015 il faut lui reconnaître sa saveur. En effet ce weekend fût très chargé pour notre équipe en mode reportage car il y avait quelques belles surprises et de bien belles choses à découvrir. Sur les tendances principales, l’univers du casque continu son essor et s’enrichi de nouvelles références et de nouveaux produits périphériques. A ce propos, Son Vidéo récidive avec une édition des Sound Days qui nous a réservé de bien beaux moments d’écoutes. Le vinyle tient bon, même si cette année ce support était moins représenté, les exposants étant moins nombreux. Néanmoins les grands rendez-vous étaient là comme l’incontournable Pro-Ject. Le vinyle était aussi un support présent chez différents exposants qui s’en servaient de source sur certaines écoutes. Le multiroom rattaché au “Lifestyle” et la simplification des interfaces et de son ergonomie était aussi une dominante. L’enceinte sans fil n’est certes pas un produit perçu comme un élément Hi-Fi mais cela n’empêche pas des marques reconnues comme Dynaudio, Triangle, Elipson ou Paradigm de s’y intéresser. Cette nouvelle manière d’écouter la musique par un Smart Phone est une suite logique à la dématérialisation qui rime sans complexe avec l’audiophilie. D’ailleurs chez Triangle ou Elipson la démarche est sans concession. Ici pas de mini enceinte, la marque transforme un produit sélectionné pour sa performance et son facteur de taille et y ajoute un étage actif intégrant un module BlueTooth. Pas de compromis, l’objectif étant de conserver une vraie expérience Hi-Fi.

salon03

Cette approche me semble très judicieuse et je ne peux pas vous cacher ma fierté sachant quelle vient de deux marques française emblématiques. A ce propos, la “French Touch” était à souligner et féliciter, qu’il s’agissait de grandes marques ou d’initiatives plus modestes, le franco français était très présent. Au niveau de l’audio comme de l’image, les marques françaises comme Waterfall, JMR, Xtrem Screen et Zappiti se partageaient plusieurs stand et pouvaient intervenir comme appareil complémentaire à une démo. Ceci prouve que l’expertise française est reconnue, mais aussi que la solidarité entre marques dont les produits sont complémentaires et non en occurrence, peut donner lieux à de magnifiques associations. Suivant cette démarche d’association multi marque, il faut apporter une distinction particulière à Sony France qui nous a gratifié cette année encore du plus beau stand en terme de décoration, de variété de produits et de mise en situation (projection en salle dédiée, en environnement salon, TV etc.) mais aussi en terme de soutien aux marques françaises. Waterfall était chargé de sonoriser la salle de démo cinéma mettant en oeuvre le tout nouveau vidéoprojecteur Sony laser 4k natif VPL-VW760ES. C’est Cédric Aubriot (Waterfall) en personne qui se chargera de la mise en oeuvre, calibrage audio réalisé par Kaz que vous connaissez tous sur notre forum. L’écran était bien entendu un Xtrem Screen micro tissé pour fournir la meilleure image possible avec le moins d’atténuation sonore possible. Cette association multi marque avait déjà porté ces fruits l’année dernière dans le cadre de la présentation du VPL-VW5000ES que nous avons testé pour vous récemment sur nos pages. Ce n’est pas tout, une autre association étonnante donne naissance à un produit qui sera commercialisé sous forme de pack. Sony présentait également son nouveau vidéoprojecteur laser 4k à focale ultra courte, le VPL-VZ1000ES. Durant cette démo le vidéoprojecteur était intégré dans un meuble fait sur mesure et qui fera parti d’un pack en option intégrant également un écran. Ce meuble sera proposé en différentes finitions. Une solution complète permettant donc une intégration en salon tout en tenant compte des impératifs techniques relatifs à ce genre de vidéoprojecteur et en respectant les objectifs de décoration d’intérieur. Une approche logique qui semble évidente. Ce qui est exceptionnel est d’apprendre que ce pack est proposé à l’initiative de Sony France en partenariat avec Intus Harmonia qui est le concepteur de ce meuble et aussi un intégrateur français précurseur dans la vidéoprojection de jour à base de solutions Sony. Ce sont donc nous les français qui avons créé un produit officiel complémentaire au VPL-VZ1000ES qui se retrouve au catalogue Sony monde. Je tire mon chapeau à Intus Harmonia et à Maxime Lemoine de Sony France pour cette superbe réalisation ! La focale ultra courte n’était pas une exclusivité Sony puisque Epson présentait également deux produits. Le EH-LS100 dans sa version grand publique et le EB-1470UI dans sa version professionnelle. La démo se déroulait un plein couloir avec un éclairage maximal, des conditions plus que défavorables et pourtant les deux Epson délivraient une image très contrastée et riche en couleur. Le secret : une forte luminosité de 4000 lumens et un écran Xtrem Screen technique fait pour accentuer le rendu des noirs tout en conservant la saturation des couleurs.

 

Le grand bilan

Rentrons plus en détails des réjouissances de ce Festival Son et Image 2017. Malgré les absents, les produits exposés étaient en grand nombre. Les nouveautés étaient presque intégralement en démo mais la majorité des produits exposés était statique ce qui rejoint la présentation générale constatée durant les années précédentes. Un point important comme je vous l’ai déjà indiqué, les marques françaises marquaient une forte présence et ont redoublé d’effort pour nous offrir de très belles démos. A cette occasion nous avons décidé de distinguer le made in France et les marques d’origine française en générale par un petit logo “HCFR French Touch”. D’ailleurs la distinction est aussi une marque de qualité car en l’occurrence les exposants concernés nous ont offert parmi les démos les plus ambitieuses et les plus performantes du salon.

 

– lien vers le sujet HCFR dédié à cet événement : http://dev.hcfr.fr/forum/event-officiel/2017-festival-son-image-paris-14-15oct-stand-hcfr-invit-t30081448.html

 

Festival Son et Image 2017, les exposants un à un

Absolue Créations un constructeur de câble français qui s’est distingué admirablement durant le Festival Son et Image 2017. La marque présentait une partie de sa gamme de câble sur son propre stand mais a aussi fait une incursion chez Focal dans la salle de démo dédiée aux enceintes très haut de gamme Scala Utopia Evo ainsi que sur le stand HIFIMAN sur le système électrostatique Shangri-La. Absolue Créations s’est donc réservé la part belle du salon en s’impliquant dans le meilleur de l’audio Hi-Fi traditionnel et casque.

 

Accentuel Audio l’importateur et distributeur Hegel, présentait ses électroniques sur la version Jubilé de l’Abcisse de Jean-Marie Reynaud.

L’avis de Jacko : Je connaissais déjà les Abscisse que j’avais tout simplement adorées ! Des enceintes exceptionnelles, tant par leur transparence que par leur capacité à reproduire une scène sonore incroyablement enveloppante. C’est simple, les enceintes s’effacent et nous plongent dans la musique. Cette spécificité est propre aux réalisations JMR. Cette version Jubilé apporte son lot d’améliorations. Jean-Claude Reynaud, durant une interview,nous explique que le tweeter est issu du système ADARA qui avait été présenté au Festival les deux années précédentes. Les Abscisse étaient déjà d’excellentes enceintes, je ne pensais pas que Jean-Claude Reynaud pouvait encore les améliorer. Mais ça serait mal connaitre le personnage dont le perfectionnisme et l’amour du beau son en ferait presque un éternel insatisfait toujours en quête d’arriver à faire mieux. Cette version Jubilé est donc une franche réussite, décidément la marque JMR n’aura de cesse de me surprendre et de m’offrir des écoutes mémorables.

 

L’avis de Maelstrom : Un bon mariage qui permettait de profiter de la chaleur du vinyle. Il faut dire que les Abscisse première version étaient déjà d’excellentes enceintes suffisamment transparentes pour que la source donne le ton musical des écoutes. Cette version anniversaire « Jubilé » confirme les qualités de cette première enceinte JMR entièrement élaborée par Jean-Claude Reynaud et ajoute les améliorations que notre créateur français préféré depuis les Cantabile présentées l’année dernière au Festival. Sur les électroniques Hegel, les Abscisse s’expriment de manière remarquable, tant au niveau de la scène sonore que de la reproduction musicale des morceaux.

 

Alter Audio Vidéo était présent sur plusieurs stands. Une salle de démo mettait en oeuvre les TAD Micro Evolution One sur des électroniques haut de gamme Jeff Rowland, PS Audio et Aurender. L’autre point de chute résidait aux Sound Days de nouveau hébergés durant le Festival pour notre plus grand bonheur. Alter y présentait des ensembles STAX, casques et électroniques ainsi que les réalisation JPS Labs, casque Abyss pour ne parler que de lui.

L’avis de Maelstrom : Les TAD Micro Evolution One m’ont réellement impressionné. Certes l’électronique utilisée durant cette démo n’était pas en reste. En commençant par un traitement du courant secteur par le fleuron de PS Audio, un régénérateur de courant P10. Pour compléter le système d’écoute, Alter a utilisé un amplificateur Jeff Rowland Deamon et une source numérique Aurender. La chose la plus frappante est cette capacité à remplir la pièce comme s’il s’agissait d’enceinte colonne de gros gabarit. L’impact des graves était lui aussi à l’image d’une enceinte bien plus grande. On comprend pourquoi il n’y avait pas de caisson de basse durant cette démo, il n’était pas nécessaire. Ecoute détaillée et précise, il est difficile de trouver à redire sur les Micro Evolution One.

 

Atohm Thierry Comte, génial créateur d’enceintes françaises, nous avait réservé une démo hors normes. La vedette était bien entendu les enceintes GT Series,  une série d’enceintes très performantes bien connue de la scène audiophile. Pour cette édition 2017 du Festival, Thierry a décidé de relever un challenge : mettre en oeuvre pas moins de six caissons de basse disposés de manière à compenser au mieux les défauts de la pièce et orchestrer le tout à l’aide d’un DSP. C’est Atoll Electronique qui se chargera de l’amplification et de la gestion des flux audio numérique. De très belles enceintes d’un côté, une très belle électronique série 400 de l’autre, une petite salle avec tous les problèmes que cela implique mais surtout l’expertise du passionné Thierry Comte.

Le résultat était hallucinant car la reproduction des graves et de leur impact était parfait avec en prime une spatialisation ultra réaliste et totalement immersive.

 

 

L’avis de Maelstrom : Une mise en œuvre atypique basée sur l’optimisation du placement des caissons de basse. Pour cette démo Thierry Comte n’a pas fait dans la demi-mesure, six caissons de basse intégrés en vue de limiter les défauts de la pièce et corrigés en final par un DSP. L’ensemble était piloté par un système propriétaire Atohm permettant de gérer l’ensemble du système. L’objectif était de délivrer toute la dynamique des enceintes série GT et d’ajouter les impacts francs et précis du dispositif de reproduction des basses fréquences. Un challenge ambitieux compte tenu des contraintes de l’environnement d’écoute mais remporté haut la main.

 

Audio Marketing Service présentait les enceintes Vienna Acoustics, des platines vinyles et électroniques Pro-Ject  et d’autres petites choses. Découvert l’année dernière Vienna Acoustics nous avait laissé un très agréable souvenir. Cette année encore les écoutes de ces enceintes étaient des plus plaisantes et constituaient un des rendez-vous à ne pas louper.

 

Audiosquad est un distributeur qui fait parler de lui et qui fait du bruit … En tout cas durant le Festival Son et Image 2017 ils ont fait trembler les murs ! En effet le stand Audiosquad présentait malheureusement en statique des caissons de basse SVS mais surtout des électroniques Emotiva. Cependant, Epson s’était d’ailleurs offert le luxe de faire appel à ces joyeux lurons pour leur fournir le nécessaire qui apporterait une dimension sonore à la hauteur de leur démo de vidéoprojection. Lorsque Epson poussait les watts il était impossible de ne pas s’en rendre compte. Dans la salle de démo le rendu était vraiment bon malgré des contraintes de mise en oeuvre évidentes. De quoi profiter des films en démo autant au niveau de l’image que du son !

C’est donc sur le stand Epson que l’on pouvait écouter un processeur audio Emotiva XMC-1 avec un amplificateur XPA-7 sur un ensemble d’enceintes SVS. La démo se passait donc sur grand écran et confidence pour confidence, le système marchait très fort pour notre plus grand bonheur, mais au plus grand malheur des exposants à proximité.

 

Audio-Technica, le spécialiste du casque et du vinyle présentait de nombreux produits.

 

Audirvana, le logiciel français bien connu des audiophiles utilisateurs d’ordinateur Apple continu son évolution. La version actuelle Audirvana Plus 3.1 est compatible avec tous les formats audio numériques y compris le MQA de Meridian. La grande nouveauté, Audirvana n’est plus une exclusivité MAC, le meilleur logiciel de streaming (media center) sur iOS est enfin proposé sur PC Windows 10.

audirvana01

 

AVA High Tech, regroupe plusieurs marques d’origine allemande comme Magnat et Oehlbach pour les plus connues, mais aussi les platines vinyles Perpetuum Ebner ou les enceintes Heco présentées cette année en statique. AVA High Tech mettait en oeuvre les nouvelles enceintes Magnat Signature 1105 sur un amplificateur hybride de la même marque, le RV-4. L’écoute était très convaincante grâce à une restitution sonore équilibrée et posée.

Il était aussi possible de voir les nouvelles HUMIDOR qui héritent du même ADN que les talentueuses QUANTUM EDELSTEIN. Magnat présentait également des casques.

 

AV Industry présentait tout un ensemble de produits Elipson dont la star était bien entendu la nouvelle gamme Prestige Facet qui vise à satisfaire aussi bien l’audiophile traditionnel ainsi que le consommateur hightech averti. En effet, la gamme Prestige Facet propose en son sein des versions actives avec connexion BlueTooth aptX voir aptX HD sur certaines références.

L’avis de Maelstrom : Cette nouvelle série Prestige Facet de chez Elipson affiche un rapport qualité prix étonnant. La marque française a fait très fort car l’ensemble de la gamme y compris les versions actives BlueTooth, sont très abordable et la prestation musicale est d’un excellent niveau. L’image sonore délivrée par ces enceintes est ample et enveloppante, les timbres respectés, dans cette gamme de prix il est difficile de faire mieux.

 

BC Acoustique, fidèle au poste, présentait ses nouveautés maison ainsi que les réalisations chinoises Line Magnetic et les câbles canadien Luna. Parmi les nouveautés, BC Acoustique dévoilait une nouvelle platine vinyle à entrainement par courroie et disposant d’un ADC afin de numériser les disques ainsi qu’une liaison BlueTooth. Bien entendu la platine dispose de tout le nécessaire de lecture et même une cellule AudioTechnica. Côté amplification la marque propose de nouvelles référence avec toujours le même objectif d’arriver au meilleur rapport qualité prix possible. BC Acoustique est une marque vraiment surprenante car on y trouve des produits très abordables mais construit avec soin et surtout capable de très belles performances. Au fil des années, BC Acoustique améliore ses produits sans pour autant gonfler la note.

 

Bowers & Wilkins exposait sur plusieurs salles. Un grand nombre de références étaient présentes incluant des produits des marques appartenant au groupe comme Rotel ou Trinnov pour la distribution. La nouveauté de cette année : le retour de la série 700 ou plutôt un relooking des CM empruntant des technologies de la nouvelles série 800 lancée il y a deux ans. Nouveaux haut-parleurs mais caisse semblable à l’ancienne série à succès CM. Les écoutes étaient plus que convaincantes, il faut dire que Bowers & Wilkins ne prend pas trop de risques car cette évolution vers la série 700 conservent les bases de conception des CM qui avaient donné naissance à deux excellentes générations d’enceintes.

L’avis de Jacko : A l’écoute cette nouvelle série 700 dévoile un très fort potentiel, qu’il s’agisse des colonnes ou des bibliothèques. Les nouveaux haut-parleurs font merveille et on comprend aisément pourquoi le nom CM fait place à 700. Ces nouvelles B&W s’approchent discrètement mais surement des très haut de gamme 800. L’alternative haut de gamme “abordable” Bowers & Wilkins fait enfin son retour !

 

Como Audio est un autre spécialiste de micro éléments Lifestyle qui surfe sur ce que Tivoli avait initié il y a de nombreuses années. La gamme est très complète et se concentre sur une présentation minimaliste très déco, basée sur des finitions bois. On y trouve de tout et surtout tout ce dont on aurait besoin pour apporter une sonorisation design s’intégrant parfaitement à un intérieur. D’un point de vue rendu sonore il n’y a pas grand chose à redire, le matériel marche étonnamment bien pour ta taille et propose des évolutions stéréo sur certaines de ses références. De bien jolis produits, qui en plus apportent des fonctionnalités connectées.

 

Dali était là comme chaque année. Une petite déception cependant car la marque présentait très peu de produits en écoute (très bonne au demeurant). De nombreux produits étaient là mais uniquement en présentation statique.

 

DEA International ne proposait pas de démo de système Hi-Fi cette année et se contentait d’un petit stand. Dommage, car DEA nous avait gratifié d’excellentes écoutes  d’enceintes PMC l’année dernière. Outre Bryston et Thorens, DEA International présentait une marque peu connue : “Meters“, originaire du leader mondial spécialisé dans les amplificateurs pour guitare basse Ashdown Engineering. La signature de la marque emprunte donc un élément très courant dans les réalisations de la maison mère, un afficheur à VU-mètre. Si il est assez courant de voir cet élément technique sur un appareil sédentaire, il est plus rare, voir unique, d’en trouver sur un appareil nomade et encore moins sur un casque ! C’est pourtant ce que Meters propose. Le OV-1 est un casque polyvalent sédentaire et nomade équipé de VU-mètres sur chaque écouteur. Nous avons testé ce casque et nous avons été très agréablement surpris !

L’avis de Maelstrom : Un casque confortable et un circuit d’atténuation de bruit ambiant performant et convaincant. Une esthétique originale en rappel avec la signalétique de la marque Ashdown Engineering tout simplement superbe. Les VU-mètres ne sont pas forcément utiles lorsque on écoute le casque mais comment rester insensible à ce design singulier et réalisé avec une telle qualité. La restitution sonore est vraiment très confortable, un casque facile à porter et surtout à écouter durant de longues heures.

 

L’avis de Jacko : Ce n’est pas un secret, je suis tombé dans la folie des casques et étant d’un naturel curieux et passionné chaque nouveau produit bénéficiant d’une particularité singulière m’attire forcément. Le casque OV-1 de Meters a inévitablement capté mon attention, un casque avec des VU-mètres, c’est du jamais vu ! En plus d’être beau, ils marchent réellement ! Côté technique le OV-1 propose pas mal de choses. Comme il s’agit d’un casque nomade et que les VU-mètres implique aussi une batterie à recharger, le OV-1 dispose d’un circuit d’atténuation de bruit qui se révèle plutôt efficace. En plus de ce circuit nous avons un EQ (non ajustable) qui offre une variante au niveau des écoutes. Le OV-1 est livré avec deux câbles dont un spécifique pour téléphone et disposant d’un micro. Côté confort l’arceau est en cuir de synthèse et comme le OV-1 est léger, le confort est excellent et le port de ce casque est très agréable. Les écoutes sont teintées par une signature chaude portée sur le bas du spectre qui évoque le vintage et les écoutes très analogique d’antant. Il faudra donc en tenir compte car le OV-1 n’est pas neutre et n’est pas un casque visant à concurrencer les ténors actuels. Toutefois soyons indulgent et surtout lucide, car pour 349€ le OV-1 fait beaucoup de choses et surtout il adopte une esthétique osée qui n’entache pas la qualité sonore du moment que l’on adhère à une signature sonore dites chaleureuse.

 

Dynaudio faisait partie des exposants statiques que ce salon. La marque présentait plusieurs références d’enceintes ainsi que des systèmes lifestyle plus compacts mais dont les haut-parleurs sont bien entendu de vrais Dynaudio, car la marque ne fait jamais appel à un sous-traitant. Sur ce stand était également présenté les casques Plantronics.

Europe Audio Diffusion est un importateur spécialisé dans les produits haut de gamme. Cette année, cet exposant avait investi deux pôles d’exposition. Le premier et le plus grand était ouvert sur un couloir. Les produits étaient donc statiques, dommage car il s’agissait de très belles références. Pour les plus connus McIntosh Laboratory et Audio Research mais également le très exclusif Dan D’Agostino. Du côté des enceintes nous pouvions admirer de très belles italiennes Sonus Faber des enceintes d’intégration HomeCinéma ICE ou encore des caissons de basse made in Britain REL Acoustics. L’une des principales attractions, le fabuleux et impressionnant REL N°25 qui célèbre les 25 ans de la marque. Côté accessoires Europe Audio Diffusion présentait la marque Cold Ray, les câbles Shunyata et les fabrications françaises Viard Audio Design. Europe Audio Diffusion est aussi l’importateur des excellentes et abordables solutions de traitement secteur Powergrip.

L’autre pôle résidait dans une salle où était mis en oeuvre des enceintes Wilson Audio sur une électronique Lyngdorf bénéficiant du système de correction acoustique actif Room Perfect.

 

Epectaz est un importateur ambitieux qui a cru en la dématérialisation audio haut de gamme il y a de ça des années. Le catalogue de ce professionnel tire sa force sur la sélection de marques proposant des produits très performants mais peu connus. Nous trouvons le coréen SOtM qui propose des solutions Hi-Fi mais aussi du matériel destinées aux PC audiophiles voir HomeCinéma. D’autres marques comme Waversa Systems, Vertere, Pachanko, High Fidelity Cables, Estelon, Evolution Acoustics ou encore Wyred4Sound étaient de la partie. Au sein de cette sélection nous pouvions trouver des produits originaux dont le but est d’améliorer le signal audio qu’il soit numérique ou analogique.

 

Epson nous avait préparé une salle de démo dans laquelle il était possible de revoir les références présentées l’année dernière ainsi que le EH-LS10500 qui remplace le EH-LS-10000. Rien de bien nouveau de ce côté. La sonorisation de la salle avait été confiée à Audiosquad qui a mis à disposition un système HomeCinéma basé sur une électronique Emotiva et des enceintes SVS. Le résultat était assez impressionnant, l’occasion de se rendre compte du potentiel des ces marques américaines au tarif abordable. La marque Nippone présentait en presque avant première un nouveau vidéo projecteur, le EH-LS100 dans sa version grand public issue de la version professionnelle EB-1470UI. Il s’agit de vidéoprojecteurs à focale ultra courte de résolution 1920×1200, donc d’un ratio 16/10. Cette résolution confirme l’ADN d’origine professionnelle de ces deux nouveaux produits. Pas de compatibilité UHD ni de HDR, mais une source de lumière laser très puissante de 4000 lumens permettant de générer des images jusqu’à 3,30m de diagonale, ce qui est tout à fait respectable pour ce genre de produit.

Les écrans de vidéoprojection, obligatoirement technique, étaient d’origine Xtrem Screen. Autant la démo en salle noire que la démo en milieu lumineux ont profité des propriétés particulières de ces toiles afin de tirer le meilleur parti des possibilités des vidéoprojecteurs sans que l’environnement ne soit pénalisant.

Emotiva en action sur la démo HomeCinéma Epson, le lecteur source est bien un Zappiti 4K HD !

L’avis de Jacko : (EH-LS100 et EB-1470UI) Etant donné les aspects techniques, nous n’avons pas été étonnés de l’effet de grille lorsqu’on observe l’image à proximité. Toutefois la grille disparaît totalement à environ 2,5m de l’image, ce qui est déjà en dessous de la distance de visionnage conseillée. Ces deux produits étaient tour à tour en démo dans la salle noire mais aussi en extérieur sur un écran technique de chez Xtrem Screen. Pour un résultat des plus convaincant, preuve que la vidéoprojection en salon est dorénavant tout à fait possible. Cette salle du Novotel Tour Eiffel était fortement éclairée ce qui ne pouvait pas simplifier les choses et pourtant l’image délivrée sur ce setup était excellente. Très bon contraste et forte saturation, nous avions également tous les détails requis ainsi que de beaux effets de profondeur et de relief. Etant donné de l’environnement ce combo a réaliser un véritable tour de force !

 

– lien vers le sujet HCFR dédié à cet événement : http://dev.hcfr.fr/forum/event-officiel/2017-festival-son-image-paris-14-15oct-stand-hcfr-invit-t30081448.html

 

 

Focal était cette année encore le plus gros exposant du Festival Son et Image. La marque avait investi pas moins de trois salles d’écoute afin de présenter des systèmes alimentés par les excellentes électroniques NAIM, qui appartienent dorénavant au groupe français. Nous pouvions également croiser des produits exposés dans les couloirs, accéder à une présentation dédiée aux nouvelles Kanta et écouter les trois casques haut de gamme de la marque : Elear, Utopia et le nouveau Clear. Ces casques étaient également présent sur un stand Focal résidant aux Sound Days.

L’avis de Jacko : Depuis l’année dernière je suis devenu un inconditionnel des écoutes Focal durant le Festival Son et Image. Il faut dire que la marque propose de très belles démos avec des associations enceinte / électronique des plus réussies. L’accent est bien évidemment franco / français, même si NAIM reste une marque britannique, Focal en est devenu la maison mère. Toutefois Focal n’est pas une maison fermée aux autres marques françaises, nous avions des démos à partir d’électronique Micromega et du câble Absolue Créations. Dans chaque cas, le rendu était véritablement excellent, qu’il s’agissait des gammes Utopia, Sopra ou les nouvelles Kanta. Focal démontre qu’il est possible de se faire plaisir à tout niveau de gamme avec un bel objet capable d’une superbe restitution sonore.

Clear est donc le nouveau casque haut de gamme de chez Focal. Ce casque est une réponse directe aux remarques faites par les utilisateurs de Utopia et de Elear. Clear se situe donc entre les deux précédentes références et a tendance à “combler” le trou. D’aspect, Clear est assez proche de Elear. Ce casque adopte une robe de couleur unie gris argent du plus bel effet. Les coussinets sont perforés comme sur Utopia y compris le capitonnage du cerceau. L’équipe Focal m’a confié avoir retenu une critique faite à propos du câble fourni avec Utopia jugé trop long. Focal à l’écoute de ses clients corrige le tire avec Clear et propose ce casque avec deux câbles superbement usinés. Deux câbles de 3 m l’un équipé d’une prise jack 6,35 mm, l’autre d’une XLR 4 pins et un câble court équipé d’une prise Jack 3,5 mm. La boite de rangement fait place à une sacoche de transport compacte, un dispositif plus fonctionnel qui assure une protection efficace du casque. Côté écoute, Clear est un enchantement. Elear est déjà un très bon casque il faut le reconnaître, les améliorations de Clear permettent d’obtenir une aération encore meilleure et d’aboutir à une scène sonore encore plus ouverte. Pour faire simple, Clear est un excellent casque qui va perturber les acquis des autres références dont le prix gravite aux alentours du prix de 1499€. Vu la concurrence dans cette grille tarifaire, Clear est plus que bien placé, en tous cas il s’agit d’un casque qu’il faut impérativement découvrir et écouter !

 

France Marketing présentait ses marques NAD, Bluesound, Q Acoustics, Pod Speaker, Roksan, Qed et les câbles Real-Cable. Cette dernière leur appartient et propose des références fabriquées en France. Un beau stand avec de jolies écoutes des enceintes Q Acoustics. De mon point de vu Real-Cable fait parti des marques de câbles raisonnables à l’image de Supra. La construction est soignée, les éléments sélectionnés de manière judicieuse et la performance obtenue est de très bon niveau. Il s’agit de produits à très bon rapport qualité prix dont le haut de gamme est assemblé en France, il est important de le souligner.

 

Sound & Colors GT Audio proposait une démo des enceintes en aluminium Magico sur des électroniques Suisse Soulution. Dans cette salle, le courant secteur était traité par un conditionneur de courant Isotek EVO 3 Mosaic Genesis. Du très beau et très coûteux matériel qui offrait de très belles séances d’écoutes.

L’avis de Maelstrom : Une de mes démos favorite durant cette édition du Festival. La reproduction est d’une exactitude et d’un naturel époustouflant. L’immersion est magistrale, d’une autre côté la pièce était petite vu la capacité des enceintes mais tout de même, la performance était frappante.

 

Hamy Sound ne présentait pas tous ses produits car l’importateur se réserve quelques exclusivités pour le salon de la Haute Fidélité qui se déroule environ un mois après le Festival Son et Image. Toutefois, nous pouvions déjà profiter des nouvelles enceintes Paradigm Persona et des belles électroniques Gato Audio. Entre autre de nouveautés, nous avions en démo le nouvel amplificateur Hi-Fi Anthem STR Integrated Amplifier. Enfin un look minimaliste et design, fini les façades recouvertes de boutons. Le produit affiche des caractéristiques des plus intéressantes : 200w sous 8 ohm par canal et la possibilité de piloter des enceintes dont l’impédance tombe à 2 ohms. DAC intégré et upsampler 24 bits 192 kHz et surtout une correction active ARC issue des appareils HomeCinéma de la marque avec la possibilité d’intégrer jusqu’à deux caissons de basse en usage mono ou stéréo. Ce concept n’est pas unique puisque Lyngdorf le propose avec son système Room Perfect et Arcam via une licence DiracLive sur certains de leurs produits stéréo. Anthem n’est donc pas précurseur, mais l’ARC devient une généralisation chez le constructeur canadien qui intègre son correcteur dans de nombreux autres produits comme les barres de son ou encore les enceintes connectées. A ce titre, le groupe propose des produits en synergie. C’est à dire qu’il est possible de partir d’une simple barre de son puis d’y lier des enceintes surrounds complémentaires. On peut également utiliser une enceintes connectée en centrale et ajouter les canaux manquant par la suite. Le système proposé est donc totalement évolutif, l’apport de l’ARC en sus offre alors des résultats très convaincants. Il s’agit d’une manière originale de jumeler lifestyle et petit système Hi-Fi ou HomeCinéma performant. Le tout étant sans fil, je trouve le concept très intéressant.

 

HD Land un des importateurs historique OPPO était fidèle au poste. Cette année pas de grande nouveauté car tous les produits OPPO sont déjà sorti au compte goutte entre fin 2016 et milieu 2017. Par contre les solutions Zappiti présentaient de belles évolutions avec l’intégration du HDR. D’ailleurs Zappiti était présent sur d’autres stands et utilisé comme source lectrice pour des démos vidéo, chez Epson par exemple.

L’application évolue naturellement et intègre davantage d’options dédiées au streaming audio. A terme Zappiti deviendra une plateforme complète capable de concurrencer toutes les autres solutions basées sur le même principe avec toujours comme avantage, une forte évolutivité et des prix très attractifs. Christophe Cherel nous a confié que Zappiti va continuer son évolution vers le son. Rien n’est encore officiel ni définitivement établi, mais il s’agit d’une affaire à suivre.

 

iDV, un rendez-vous important à titre personnel que je ne raterai pour rien au monde. Chaque année iDV présente la marque de casque nippone haut de gamme Final Audio Design ainsi que d’autres produits. Final fait parti des constructeurs de casque les plus innovants au monde : Usage de matériaux atypiques pour ce genre de produit, création de transducteurs propriétaires uniques dans leur conception, des premières et exclusivités mondiales. Chaque année Final nous offre son lot de surprises. Alexis Trinh, responsable marketing, vente et achat chez iDV est notre correspondant privilégié. Alexis est aussi un ami personnel passionné de belle choses et qui aime les challenges.

Cette année Alexis nous a préparé une très belle surprise Metaxas & Sins ! Et pour coïncider avec le lancement du nouveau casque Final Planar Magnetic D-8000 nous avions toute une série de préamplificateur / amplificateur casque Marquis Memento Mori.

Le Metaxas Marquis est un appareil fascinant. Kostas Metaxas est le génial créateur derrière les incroyables réalisations Metaxas. Kostas est avant tout un artiste, ce qui explique les designs hors du commun de ses créations Hi-Fi, c’est aussi un mélomane et un preneur de son professionnel. Tout un ensemble de talents qui se combinent à une humilité, une ouverture et une générosité unique chez un homme pourtant d’une grande stature. Kostas se confie volontiers à nous et nous explique sa démarche. La tête de mort est emprunté au concept de l’éphémère mais aussi à l’esthétique de la mort. Il ne faut pas y voir un côté morbide mais une réelle expression artistique. D’ailleurs, le Marquis est proposé sur un panel de couleur dont certaines sont très festives. L’idée est de se rappeler que nous ne sommes que de passage et qu’il faut tant que faire ce peut profiter de la Vie, dans le cas présent de belles musiques. Le format de la tête est non seulement original mais aussi d’ordre pratique par il est possible de poser un casque à même l’amplificateur. Côté technique le Marquis est d’une conception raisonnée, soignée et très performante en plus d’être modulaire. Il faut aussi savoir que tout est assemblé à la main par Kostas Metaxas et ses enfants. Tout est contrôlé en interne, pièce par pièce et à l’assemblage final par des tests audio effectués afin de garantir la meilleure qualité possible. Plus en détail, l’usinage des pièces est fait en aluminium CNC en provenance d’Allemagne. La section alimentation est totalement isolée de l’électronique, elle se trouve dans le pied support. Le reste est composé de trois PCB filles modulaires indépendantes par fonction connectées par une prise DB-9. Kostas nous explique pourquoi une antique DB-9 ? La raison est simple : cette connectique est une des rares à proposer des versions en qualité militaire et aérospatiale dépassant largement le standard informatique et la seule assez satisfaisante pour un appareil audio haut de gamme. Ainsi jusqu’à la prise DB-9 le choix a été porté sur des composants de qualité. Ces cartes sont donc facilement amovibles et pourront éventuellement être remplacées par d’autres versions. Le Marquis est donc totalement évolutif tant que l’alimentation correspond aux besoins électriques des cartes. Je ne saurais remercier assez Kostas pour son temps et sa sympathie, un grand homme présent sur le stand iDV !

Autre petite surprise réservée aux privilégiés, Alexis présentait sa paire personnel d’intra-auriculaire Final Lab II, les intra les plus complexes au monde, usinés à partir d’une imprimante laser sur poudre de titane et les plus chers actuellement. Limité à  seulement 200 exemplaires … une autre merveille technologique, mais aussi une merveille visuelle.

idv14

L’avis de jacko : iDV nous offrait deux belles découverte, le D-8000 bien entendu et la surprise, le Marquis “Memto Mori” de Metaxas & Sins. Deux dispositifs audiophiles d’exception que j’ai écoutés avec un bonheur non dissimulé. Le D-8000 fera l’objet d’un test HCFR car Alexis m’a confié un exemplaire. Je vous offre tout de même un bref compte rendu d’écoute. Il faut l’avouer Final sait faire des casques et le D-8000 a beau être leur premier Ortho Planar, il s’agit déjà d’une réussite. Le mariage avec le Marquis, également un produit d’exception, est en parfaite symbiose. Il faudra être vigilant quant à la source et aux câbles qui s’y raccordent. Avec le bon matériel l’écoute est somptueuse. Le Marquis délivre ce qu’il faut de courant pour bouger convenablement les transducteurs du D-8000 et à volume assez fort pour couvrir les bruits du salon. Le D-8000 est un casque semi ouvert qui n’a pas vocation d’isoler comme le font les Sonorous. Il s’agit donc d’un casque à usage résidentiel à écouter au calme. D’un point de vue purement électrique les deux appareils font bon ménage. Côté sonore le résultat est là, sans rentrer dans les détails, c’était excellent et parmi les meilleures écoutes casque du Festival Son et Image.

 

 

– lien vers le sujet HCFR dédié à cet événement : http://dev.hcfr.fr/forum/event-officiel/2017-festival-son-image-paris-14-15oct-stand-hcfr-invit-t30081448.html

 

 

Jean-Marie Reynaud et 3D-Lab des partenaires de longue date présentaient ensemble leurs nouveautés. Du côté Jean-Marie Reynaud, Jean-Claude Reynaud nous offrait une démo des nouvelles Orféo Jubilé. Cette version anniversaire exploite un plus gros volume de charge et prend quelques centimètres en hauteur. La nouvelle caisse n’est pas la seule nouveauté puisque les haut-parleurs ont été changés. Le tweeter à ruban est emprunté aux fabuleuse Adara, les autres haut-parleurs de 18cm sont fabriqués à partir de sept feuilles de carbone. Il s’agit d’une réalisation faite en partenariat avec un prestataire allemand, qui a demandé environ 18 mois de développement. Ce haut-parleur spécifiquement étudié pour la Orféo Jubilé utilise ce qu’il y a de mieux, nous confie Jean-Claude. Son objectif étant de proposer une version intégrant des composants traditionnellement réservés à des produits de gamme supérieure. Cela inclut des composants de qualité utilisés sur le filtre comme des selfs Jensen ou encore des borniers Mundorf en cuivre.

Du Côté 3D-Lab Charles-Henry Delaleu présentait deux nouveaux DAC. Le Nano DAC Signature a la particularité de fonctionner sur un double circuit SRC l’un étant dédié aux signaux PCM et l’autre au DSD (format du Super Audio-CD). Il s’agit également du premier DAC à fonctionner réellement en 32 bits à une fréquence de 768 kHz. Le Nano DAC Signature peut également se comporter comme un préamplificateur à volume numérique et accueillir un casque vu que ce DAC dispose d’un amplificateur casque. En parallèle 3D-Lab sort le petit frère Nano DAC V2. Les différences se situent au niveau de l’échantillonnage qui plafonne ici à 384 kHz et l’utilisation d’horloges numériques un peu moins performantes.

L’avis de Maelstrom : Une écoute magistralement équilibrée dans laquelle l’enceinte disparait et laisse place à la musique. Une signature typique des réalisations de JMR : livrer la musique au spectateur et dépasser les préceptes de la Hi-Fi dans lesquels le matériel impose encore trop souvent sa présence. Les Orfeo Jubilé signent une nouvelle renaissance des enceintes mythiques de la marque pourtant déjà fabuleuse à chacune de leur évolution. Le mariage avec les électroniques 3D-Lab est toujours aussi délicieux tant au niveau de l’esthétique visuel que de l’efficacité électrique. Délivrant une reproduction musicale en parfaite symbiose avec les enceintes. Cette année encore, JMR nous livre une démo somptueuse qui nous donne l’envie d’y retourner encore et encore …

 

L’avis de Jacko : Je considère JMR comme l’une des meilleures marques d’enceintes au monde. Depuis la création de la marque par Jean-Marie Reynaud, un visionnaire et un vrai passionné, les réalisations JMR n’ont eu de cesse de surprendre en s’améliorant toujours plus et en offrant des solutions toujours en accord avec les attentes  des audiophiles en perpétuelles mutations. Le flambeau étant repris par Jean-Claude Reynaud, la marque reste une affaire de famille qui conserve ses acquis et qui gagne par la vision créatrice et investi de Jean-Claude. Des Abcisse à Adara, Jean-Claude a toujours su proposer des enceintes excellentes, affirmées par un rapport qualité prix qui restera logique et attractif. Même les Adara, enceintes sujettes à tous les superlatifs, taclent leurs concurrentes (à prix égal ou plus onéreuses) qui offrent moins de prestations et ont du mal à tenir la comparaison musicale. Cette nouvelle série Jubilé est une franche réussite même si la démarche du relooking anniversaire n’est pas une démarche singulière en soi. JMR offre un “je en sais quoi” de la touche Reynaud, l’ingrédient secret qui donne cette saveur unique et délectable aux écoutes.

 

JVC lance sa nouvelle série de vidéoprojecteur version DLA-Xx900. Le stand présentait le milieu de gamme DLA-X7900 qui sera certainement le produit le plus intéressant de cette série. Proche de la version de sommet de gamme DLA-X9900 ou du DLA-20LTD une version anniversaire en série limitée de couleur rouge. Le DLA-X7900 regroupe davantage de caractéristiques rattachées aux prérogative UHD que le DLA-X5900. La démo utilisait des images de documentaires animalier, un choix un peu déconcertant mais qui permettait de bien juger du naturel des couleurs reproduites. Cette nouvelle série vise à optimiser encore la restitution du HDR et intègre une nouvelle version eShift5. Une évolution donc logique et intéressante bien que non révolutionnaire. Néanmoins JVC travail sur de nouvelles références et la marque n’a pas dit son dernier mot !

Pour accompagner cette démo JVC s’est fait prêter un fabuleux processeur audio Lyngdorf MP-50 capable de tout faire. L’amplification numérique Lyngdorf également présente, a permis de créer un environnement sonore  des plus performant malgré une mise en condition peu favorable limitée par les contraintes typiques d’un salon.

 

Kef présentait enceintes et casques principalement en statique comme l’année dernière. Dommage car la marque britannique propose des enceintes de très bonne qualité dont j’apprécie réellement la sonorité. Heureusement Kef présentait en démo les LS50 sans fil, des enceintes compactes qui dévoilent un très fort potentiel et qui pourraient servir aussi bien en Hi-Fi qu’en usage studio. Une autre salle mettait en oeuvre un système Dolby Atmos au complet. Il s’agissait d’un système assez gros dans lequel même les canaux surround étaient tenus par des enceintes colonnes.

 

Light & Music Company présentait les électroniques anglaises Musical Fidelity sur des enceintes Dynaudio.

 

OWI Audio, une start-up française présentait le prototype de son enceinte sans fil. La future OWI GO sera une enceinte compacte destinée à un usage moderne Lifestyle, qui sera compatible avec un grand nombre de formats audio numériques y compris le DSD. Chose rare, voire unique, sur ce genre de produit. En outre des innovations, OWI GO intégrera un système de reconnaissance gestuel en lieux et place d’une télécommande. OWI GO sera totalement autonome et offrira un maximum de possibilités.

 

Panasonic et Technics  les deux géants japonais présentaient leurs produits dans deux salles et dans le couloir attenant. Technics présentait la quasi intégralité de ses produits Hi-Fi et il faut bien reconnaître que depuis son grand retour la marque nous offre de bien belles réalisations. Depuis l’introduction des séries Reference et Premium, Technics a ajouté des produits plus accessibles et davantage orientés Lifestyle, comme la série OTTAVA .Du côté Panasonic le clou du spectacle au milieu de nombreuses TV toutes excellentes, un écran Oled capable d’afficher des pics lumineux à 1000 NITs ce qui est énorme pour cette technologie. Le standard HDR impose un minima de 1000 NITs pour les diffuseurs LED, cet index est basé sur la résiduelle de luminance dans les noirs. Les Oled ont une capacité incroyable dans les noirs que l’on appel infini car la résiduelle est si faible qu’il est impossible de la mesurer. Par conséquent le standard HDR est réajusté sur un minima de 540 NITs pour les Oled, ce qui coïncidait aussi avec leur capacité de luminosité maximale. 1000 NITs est un pic lumineux très élevé dans l’absolu, peu de téléviseurs en sont capable, mais apporté à un Oled cela dépasse tous les scores. A mon avis le Dolby Vision est envisageable dans ce cas. L’image était tout simplement somptueuse voir holographique, il est clairement évident que le Oled représente l’avenir des images haut de gamme.

 

Sound an Colors présentait les marques Piega, Melko et Cyrus. Piega est un constructeur d’enceintes en aluminium de nationalité Suisse. La démo se faisait sur des électroniques Cyrus. Il ne faut pas se fier à la petite taille de ses éléments Hi-Fi car ils sont capables de faire sonner admirablement des enceintes même de la taille des Piega.

Pro-Ject, en plus des démos sur enceintes Vienna Acoutic, avait son stand en open space et en périphérie de l’entrée principale du Festival Son et Image.

 

Rega présentait ses électroniques en statique sur un grand présentoir en open space.

 

Samsung avait son stand et présentait des télévisions Qled, une alternative à mi-chemin entre le LED classique et le Oled. Sans pouvoir atteindre la performance du Oled, le Qled offre une belle prestation moins onéreuse mais plus proche des performances des Télévisions full LED.

 

Sound Arts Network, exploitait deux stands afin de présenter leurs marques Codex, Merging Nadac, Acrolink, Luxman, Egglestonworks, Avanti parmi d’autres.Mmalheureusement tout était statique.

 

Sonoro une marque allemande spécialisée dans le Lifestyle compact, présentait un grand nombre de produits assimilables à Tivoli et beaucoup d’autres appareils de la même catégorie.

 

Sony avait investi un grand espace comme l’année précédente et se partageait l’emplacement avec Xtrem Screen et Waterfall. Il s’agissait probablement du plus beau stand du salon. Les trois marques exposaient parmi le meilleur de leur catalogue. Sony évidemment présentait la majorité des produits entre casques, téléviseurs, enceintes sans fil et surtout des vidéoprojecteurs. Du côté des télévisions Sony, nous pouvions admirer le fleuron de la série Oled A1. Une autre très belle démonstration de cette technologie avec celle de Panasonic qui démontre également que la dalle est certes importante (de provenance LG), mais qu’il faut également apporter une électronique à niveau. C’est en effet chez Sony et Panasonic que l’on trouve les plus belles images Oled alors que LG est leur fournisseur unique. Du côté des nouveautés Sony présentait le VPL-VW260ES, le vidéoprojecteur 4k natif le plus abordable du marché et le VPL-VW760ES qui devient le vidéoprojecteur laser 4k natif également le plus abordable de sa catégorie. Le terme abordable reste ici très relatif, car il faudra débourser 14.999€  pour se l’offrir. Du côté de la vidéoprojection d’intégration Sony présentait un pack complet à base de projecteur à focale ultra courte, le VPL-VZ1000ES. ce vidéoprojecteur était logé dans un meuble Intus Harmonia fabriqué en France. Ce pack est complété d’un écran technique permettant l’affichage des images en environnement lumineux. Une initiative géniale car l’ensemble est prêt à l’emploi et le meuble est esthétiquement superbe, il sera proposé en plusieurs finitions bois. Côté pratique le meuble Intus Harmonia est très fonctionnel, il propose de nombreux rangements dans lesquels on pourra y loger d’autres appareils et des accessoires.

Toujours dans l’idée d’une intégration spécifique c’est le fabricant français Xtrem Screen qui prend le relais.

Tout comme sur le stand Epson en démo extérieure, Xtrem Screen démontrait plusieurs cas d’utilisation de leurs toiles techniques toujours en environnement défavorable à la vidéoprojection avec à la clé une image pourtant somptueuse. C’est en effet la force de ce constructeur qui d’une part propose des écrans dont la taille est faite sur mesure, mais dont la toile et les options de conception permettent de s’adapter parfaitement aux besoins des clients et cela quelques soit l’environnement d’intégration aussi pénalisant soit-il.

C’est dans cet espace que résidait à nouveau LA démo HomeCinéma du Festival Son et Image 2017. D’une part une image à la hauteur grâce au vidéoprojecteur VPL-VW760ES sur toile microtissée Xtrem Screen et d’autre part une sonorisation Waterfall Pro Custom Series. Ces enceintes made in France on la particularité de résoudre les contraintes d’intégration en affichant une très faible profondeur. Facile à amplifier et surtout très efficace, les Pro Custom Series arrivent à sonoriser sans problème une salle HomeCinéma des plus grandes tailles. Dans tous les cas la gamme dispose de modèles capable de s’adapter à presque toutes les situations et tous les besoins en terme de salles de cinéma pour particuliers.

 

TecSArt un autre exposant relégué au statique, exposait pourtant de magnifiques électroniques haut de gamme. Le stand présentait des produits EAT spécialisés dans le tube et le vinyle, un impressionnant amplificateur Delta-Sigma North Pole MK II, un drive Kalista ainsi que des électroniques Audia Flight et Mastersound.

 

Totem Acoustic une marque canadien faisait sa démo sur des électroniques Rega Elicit-R et Osiris.

 

Triangle était également présent conjointement avec Pier Audio. Les deux marques présentaient quelques beaux produits en écoute dont des enceintes sans fil “Active Series“, basées sur le savoir faire Triangle, qui a donné naissance aux excellentes enceintes Elara. Triangle présentait également des enceintes de la série Signature et Esprit EZ sur des électroniques Pier Audio. La marque présentait de nombreux amplificateurs à tube et un amplificateur pour casque également à tube bien fourni en connectique.

Waterfall et Helixir Audio se sont associés afin de nous offrir une présentation 100% française. La partie enceinte était donc assurée par la marque française emblématique d’innovation et de challenge, puisque Waterfall est à ce jour le seul constructeur à proposer depuis ses débuts, des enceintes dont la caisse est fabriqué en verre. Cédric Aubriot, l’indomptable et passionné créateur de la marque, s’occupait personnellement de la mise en oeuvre. Je connais bien Waterfall et c’est avec plaisir que j’ai redécouvert les deux modèles du sommet de gamme de la marque, les Niagara et les Victoria EVO. Redécouvrir est le mot exact, car l’année dernière la démo s’était faite dans le même local sur une électronique Atoll de la série 400. Une belle démo mais qui portait surtout sur l’efficacité, la dynamique et la précision, une écoute majoritairement analytique. Cette année Waterfall s’est allié à Helixir une marque du sud de la France pas si loin de chez moi. J’avoue ne pas connaitre ce constructeur et quelle découverte. Helixir présentait un système complet, serveur numérique, DAC, préamplificateur, bloc d’amplification stéréo et même un lecteur de CD Helios Stargate, une vraie rareté. La philosophie de la marque Helixir est assez simple : Délivrer la musique (le signal) de la manière dont le cerveau humain est conçu pour le percevoir. L’approche part donc du point de chute et non du point de départ. D’un point de vue technique, il en résulte des électroniques judicieusement élaborées sans superflu mais regorgeant d’innovations dans la manière de traiter l’audio numérique. Le résultat musical est sans ambiguïté, Helixir marche très fort. Que la source soit purement numérique ou analogique via la platine vinyle Ana Mighty Sound en démo, le rendu était magistral et sans comparaison avec l’association de l’année dernière.

Par rapport à l’année dernière sur des électroniques Atoll, le ton est donc très différent, plus équilibré, plus suave et velouté. La précision et la dynamique n’était pas en retrait, mais l’écoute des Niagara, les enceintes des plus complexes de Waterfall, était transcendée. De prime abord, on pourrait imaginer une écoute typée obligatoirement analytique à cause de la mise en oeuvre du tweeter et des matériaux employés. Il faut tout de même savoir que la caisse en verre est un avantage à condition qu’elle soit bien étudiée, il n’y a pas de raison que l’enceinte ne se comporte pas correctement étant donné l’expertise de Waterfall dans ce domaine. Cette écoute prouve que l’électronique associée aux enceintes est primordiale et dans le cas présent cette constatation est éloquente. Avec les électroniques Helixir les enceintes Waterfall ont sonné comme jamais. J’ai retrouvé ce qui me plait le plus dans un système, équilibre tonal, dynamique maîtrisée et pondérée, une touche de chaleur, en bref un rendu typé analogique même (surtout) avec une source purement numérique.

L’avis de Maelstrom : Je connais assez bien les Waterfall Niagara pour les avoir déjà écoutées sur plusieurs électroniques et de mémoire ces enceintes n’ont jamais aussi bien sonné. Belle découverte que ces électroniques made in France Helixir, du haut de gamme performant mais à prix tout à fait rationnel. Cette combinaison Waterfall Helixir délivre une scène sonore enveloppante, une dynamique présente, soutenue mais jamais agressive si bien qu’il est possible de faire des écoutes à très fort volume au grand dam des exposants voisins. Le naturel de la reproduction incarnait les artistes comme si ils étaient présent avec nous dans la pièce. Nous savons que les Waterfall Niagara ont un fort potentiel, mais cette superbe prestation était possible grâce aux électroniques Hexilir.

 

L’avis de Jacko : Helixir pourrait bien devenir une de mes marques fétiches d’électronique. Cette marque a su m’étonner sur des enceintes que j’ai écoutées à plusieurs reprise, et je ne pensais pas pouvoir les redécouvrir à ce point. L’esthétique sonore des électroniques Helixir est une pure merveille et sait aller à l’essentiel : Gérer au mieux le signal et délivrer un son fait pour être écouté. Le concepteur de ces électroniques est ingénieur de formation et de profession. Son approche a été bien plus scientifique qu’audiophile. Le résultat est payant car malgré des dimensions contenues et des électroniques allant à l’essentiel dans leur conception, les écoutes ont été divines. Si on observe l’intérieur des appareils Helixir, on se rend compte d’une construction optimisée au maximum, visant à réduire au mieux la longueur des pistes. Qu’il s’agisse des couloirs de signal ou des dernières étapes d’alimentation des convertisseurs DC/DC. L’amplificateur par exemple est un vrai double mono, les rails de transistors de chaque canal sont montés sur leur propre dissipateur thermique en “tunnel”. Cette pièce d’aluminium sert également de double isolation des sections entrée à composants discret dont la partie la plus sensible est elle-même dans une enceinte de blindage. La construction ne va donc pas cumuler les cartes et les composants, ce qui ne simplifie pas la conception d’un appareil, alors que d’autres constructeurs plus haut de gamme ne se compliquent pas toujours la vie à étudier des schémas électroniques aussi optimisé qui réduisent le nombre de composants inutiles au final. Helixir est à découvrir et écouter impérativement !

 

– lien vers le sujet HCFR dédié à cet événement : http://dev.hcfr.fr/forum/event-officiel/2017-festival-son-image-paris-14-15oct-stand-hcfr-invit-t30081448.html

 

Presque en périphérie du Festival

 

Au Festival Son et Image 2017, nous avions également quelques autres représentants, comme Audioaxe site de vente sur internet spécialisé dans les accessoires audiophiles ou encore un stand Supra (via Hamy Sound) présentant entre autre des câbles.

audioaxe01

suppra01

La revue VUmètre était également présent avec de nombreux anciens numéros de leur magazine. L’équipe, très nombreuse, animait le stand et était disponible afin de rencontrer ses lecteurs.

vumetre01

Qobuz avait un stand et était à l’écoute de leur clients abonnés ou simple audiophiles férus de dématérialisation en haute définition (dont je fais parti). L’équipe toujours aussi sympathique et très disponible expliquait tout ce qu’il y avait à savoir sur ce portail audiophile. Il faut bien avouer que Qobuz c’est beaucoup de choses à la fois : un portail de streaming, un site de vente de musique dématérialisée, des applications smartphone et ordinateur pour écouter sa musique, des tests de matériel, des articles sur les nouveaux albums, des fiches conseil et plus encore !

qobuz01

 

Bien entendu les rendez-vous HCFR passaient par un stand implanté à même le salon. Une initiative renouvelée grâce à l’investissement des membres de l’Association HCFR et de nos partenaires. Membres et non membres sont venus nous voir pour discuter de tout et de rien, car comme vous le savez HCFR est avant tout une Communauté vaste et diverse de Passionnés. Notre forum témoigne de cette diversité en abordant de nombreux sujets qui ne sont pas forcément au coeur du HomeCinéma ou de la Hi-Fi. A cette occasion Roland Delacroix (THXRD pour les intimes) était présent. Une occasion de parler un peu de son nouveau projet de salle HomeCinéma, le plus ambitieux à ce jour et probablement le projet le plus abouti jamais réalisé par un particulier (même si Roland est aussi un professionnel reconnu) pour un particulier. Une salle gargantuesque qui découle d’une motivation de vrai passionné voulant aller jusqu’au bout des choses mais aussi une conclusion évidente des problèmes de l’acoustique et comment les résoudre : seule solution véritablement efficace, il faut du volume.

Enfin l’Ultra HD était représenté par la Blu-ray Partners France qui expliquait tous les avantages de l’UHD en terme de définition, de HDR et d’espace colorimétrique.

uhd01

 

 

– lien vers le sujet HCFR dédié à cet événement : http://dev.hcfr.fr/forum/event-officiel/2017-festival-son-image-paris-14-15oct-stand-hcfr-invit-t30081448.html

 

Festival Son et Image 2017, Sound Days un Salon dans le Salon

 

sounddays01

Il s’agit d’une initiative de Son Vidéo  qui donne lieux à un événement ponctuel dédié aux casques et aux vinyles, un peu comme un petit CanJam à la française. Les Sound Days remportent à chaque fois un franc succès et cette édition ne déroge pas à la règle. Cette année il y a eu de bien belles surprises et démos. En effet deux systèmes d’exception à 50.000€ chacun étaient en écoute. D’un côté le Sennheiser HE-1 “Orpheus 2” et de l’autre le Shangri-La de chez HIFIMAN. Deux systèmes très performant dédiés à un casque électrostatique spécifique mais qui ne sonnent pas de la même manière ne jouant pas sur les mêmes critères. Preuve que même arrivé au sommet d’une gamme, chaque produit peut garder son identité tonale et que l’univers du casque est bel et bien l’accès à la diversité d’écoute.

 

sounddays02

Mais ce n’est pas tout car de nombreuses marques étaient présente. Focal évidement présentait ses trois casques audiophile dont le nouveau et talentueux Clear, mais on pouvait également écouter le nouvel Audeze MX-4.

sounddays20

Parmi les exposants nous avons revu notre ami Pierre Paya de Casques Headphones qui nous avait réservé quelques surprises. Tout d’abord du côté des invités, Pierre a fait venir les frères Schembri (VIVA Audio) qui nous ont apporté une surprise … chut c’est confidentiel … ainsi qu’un représentant des électroniques Auris. Sur le stand de Pierre nous pouvions aussi découvrir la dernière créations Kennerton, le casque Thor qui se place comme le plus haut de gamme de la marque. Ce casque est plus léger et plus confortable que l’Odin et d’après mes premières écoutes le Thor va cartonner.

sounddays23

La surprise Viva était cachée et totalement invisible. Pour l’instant rien n’est définitif mais le prototype était parfaitement opérationnel. Pierre y a branché un Stax SR-009. Vous pouvez certainement deviner de quoi il s’agit. J’ai pu écouter cet invité mystère et je peux vous dire que je n’ai jamais entendu un Stax, de surcroît le SR-009, sonner aussi bien. D’ailleurs il faut savoir que nous trouvons beaucoup d’amplificateurs dédiés aux casques électrostatiques outre-atlantique. L’initiative vient du fait que de nombreux utilisateurs de Stax ne sont pas satisfait des performances des amplificateurs de la marque. Nous avons peu de produits européens visant cet objectif mais les choses changent. Oups ! Aurais-je vendu définitivement la mèche du mystérieux Viva ? Peut être … mais ça ne serait pas la seule initiative présentée sur les Sound Days. En effet une jeune marque anglaise Trilogy Audio Systems issu des concepteurs de la marque spécialisée dans les produits du traitement du courant secteur Isol8, présentait des amplificateurs casque dont le H-1 fait pour les casques électrostatique sur prise pro compatible STAX.

sounddays03

Il était donc impératif de visiter les Sound Days, fan de casque ou pas car il ne fallait surtout pas manquer ces quelques très belles surprises pour la plus part totalement imprévues !

 

Jeff_jacko & Maelstrom
HCFR – Octobre 2017

 

– lien vers le sujet HCFR dédié à cet événement : http://dev.hcfr.fr/forum/event-officiel/2017-festival-son-image-paris-14-15oct-stand-hcfr-invit-t30081448.html

 

Partager :